56 ans de « pendance » du Mali

Commémoration du 56ème anniversaire de l’accession du  Mali a …pendance. Franchement je ne sais pas quoi mettre devant pendance! Quel préfixe, «indé» ou «dé» ? 56 ans après on ne fait qu’attendre toujours l’aide extérieure. C’est vrai que centaines choses ont évolué, mais le Mali peut faire encore mieux.

On est a notre 8ème année d’indépendance.

Depuis  le départ du père de la nation, Modibo Keita, on ne fait que régresser chaque jour que Dieu fait. Selon des témoignages, SOCORAME, une usine de fabrique de radio que Modibo Keita avait lancé a l’époque, avait la même date de création que la maison Samsung, une marque coréenne. Tandis que Samsung fait des créations gigantesques, la notre n’existe plus.

Au Mali, rares sont les personnes qui cherchent à investir dans leurs villages, du coup presque tous les villageois veulent venir dans la capitale. C’est l’une des raisons qui fait que la grande ville est saturée et que des villages d’agricultures sont nourris par Bamako. Un grand désordre ! Pourtant, le nord crie au secours. C’est pourquoi j’ai toujours proposé  Gao comme capitale politique, pour une paix durable.

Opération citerne de la SOMAGEP… Un véritable projet qui nous fait reculer de jour en jour. Au lieu de voter chaque année 800 millions pour ce projet citerne, pourquoi ne pas suivre l’exemple de la mairie de la Commune V du district de Bamako ? Avec seulement 13 millions, le maire a pu construire un château d’eau à Sabalibougou, avec l’aide des partenaires maliens bien sur!

Notre problème n’est ni la France ni les USA, c’est nous même, un point c’est tout ! Prenons des exemples sur la Chine, l’Algérie, le Rwanda, le Ghana, le Burkina Faso  et les autres pays qui se battent à la sueur de leur front. Ils ont compris que l’amitié des Etats n’est basée que sur des intérêts. Sans fissure ou trou, le margouillat ne pourra jamais pénétrer un mur ! Soyons solidaires, peut être avec des idées différentes, mais avec la même conviction.

Pendant combien d’années le budget de l’armée, qui se levait à 100 milliards de Franc cfa, était-il bouffé par un petit groupe d’hommes ? Résultat : la rébellion et des terroristes nous tombent dessus, et on n’était pas prêts ! 56 ans après, le 22 septembre 1960, notre armée n’a pas droit à mettre pied à Kidal. Étant à Bamako, le malien lambda ne connaîtra jamais la réalité de son pays.

Avec les deux fleuves, l’office du Niger, l’or, le coton et d’autres cultures vivrières que nous possédons, le Mali n’est jamais pauvre. On est seulement désunis et amoureux de la mendicité, une maladie de tendre toujours la main dans le but de recevoir des dons. La monnaie (le franc cfa) utilisée chez nous ne nous appartient pas ! Qu’est ce qu’on a et qui nous appartient, ici au Mali ?  L’histoire du Mandé ? Ou bien les bénédictions des Marabouts et de nos vieilles personnes, qui ne sont jamais exaucées ?

C’est un étranger qui a remis le nouveau passeport du Président IBK a la télé… quel message cela donnera aux enfants ?

The following two tabs change content below.
lindiallo

lindiallo

Originaire de Rikou (Ouahigouya), à des km de Ouagadougou (Burkina Faso), je représente Un peulh perdu, à la recherche de sa langue et de sa culture. Je crois au plus grand défis du monde: rester serin, ignorer l’ignorance et d’aimer les êtres de l’humanité, au delà de leurs trahisons. Je suis pour ceux-là, qui pensent que le racisme ne paye pas. Un mélange du nord et du sud, ici bas, nous pouvons tous vivre ensemble en parfaite communauté, sans racisme ni terrorisme. Un africain né dans la région du Mali, je suis journaliste, blogueur qui réponds au nom de Lin dit Moussa DIALLO.

Une réflexion au sujet de « 56 ans de « pendance » du Mali »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *