Insécurité à Gao : à qui profite le désordre dans la 7ème région ?

0-02-01-dbcc6d2861bd355f0e07c0ccec45ac3ed310745896ea2688e9c8d52c35582c27_full

Depuis juin 2016, après la mort d’un haut gradé de l’armée malienne, nos militaires ont souvent la peur au ventre, ou tout simplement ils ne veulent plus mourir pour rien! Sur la route de Gao, entre Hombori et Gossi (85 km), les transporteurs et les passagers font toutes les prières du monde pour échapper aux bandits armés, qui n’hésitent pas à tuer ou piller.

« A part Sonef, Nour Transit et Tilemsi Transport, toute autre compagnie qui se hasarde à se jeter sur le trajet Hombori Gossi risque la mort ou la perte de ses biens », nous a confié I B S, un conducteur de gros porteur. Pour ce dernier, cela fait une semaine qu’ils sont bloqués à Hombori. Pas moyen de regagner Bamako.

« Entre Gao et Hombori, en un temps record il y a eu plus de 10 camions brûlés, et 2 chauffeurs de la compagnie Mah Transit ont perdu la vie en moins de 2 mois », nous a révélé un autre chauffeur bloqué à Gao. Totalement bouleversés, ils ne savent plus quoi faire. Gatia, les bandits armés, les terroristes sont sur toutes les lèvres. Mais personne parmi les transporteurs n’a pu nous témoigner avec certitude l’ampleur des différentes attaques.

Si l’on en croit aux différents témoignages des transporteurs, qui y sont ou qui sont passés par là, les Escortes militaires qui les assistaient ont baissé les bras. Pourquoi ?  Selon C.S, des Forces Armées du Mali (FAMA), « le président et les ministres dissimulent la vérité au peuple malien ». Est-ce que le gouvernement malien aurait démissionné ? Ces individus mal intentionnés sont-ils des ennemis du Mali ou des partenaires de nos dirigeants ? Voici des questions qui attendent des réponses depuis fort longtemps…

 

 

lindiallo

A propos lindiallo

Originaire de Rikou (Ouahigouya), à des km de Ouagadougou (Burkina Faso), je représente Un peulh perdu, à la recherche de sa langue et de sa culture. Je crois au plus grand défis du monde: rester serin, ignorer l’ignorance et d’aimer les êtres de l’humanité, au delà de leurs trahisons. Je suis pour ceux-là, qui pensent que le racisme ne paye pas. Un mélange du nord et du sud, ici bas, nous pouvons tous vivre ensemble en parfaite communauté, sans racisme ni terrorisme. Un africain né dans la région du Mali, je suis journaliste, blogueur qui réponds au nom de Lin dit Moussa DIALLO.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.